Algues vertes: les "intégristes écolos" s'interrogent

Publié le par cap21littoral.over-blog.com

3632520094_cc1c12bd0a.jpg

Communiqué de CAP21

Compte-tenu du discours de Nicolas Sarkozy lors de sa visite en Bretagne, et du déni du rôle joué par l’agriculture intensive dans la prolifération des algues vertes, les « intégristes écolos » de Cap21 s’interrogent sur le délai annoncé de 3 semaines pour connaître le résultat des analyses sur les sangliers retrouvés morts et qui correspond à la fin de la période estivale, repoussant ainsi toute décision à la prochaine saison, après les élections présidentielles.

Cap21 demande la plus grand transparence dans ce dossier, et que les mesures de protection de la population, locale ou touristique soient mises en œuvre rapidement.

Cap21 s’interroge également sur les risques encourus par le personnel chargé de ramasser les algues vertes.


communiqué à retrouver aussi sur le site national de CAP21 :

http://www.cap21.net/index.php

Commenter cet article

LORANT 30/07/2011 03:28


Pas d'écolo-paranoïa non plus:
Vétérinaire biologiste employé dans le labo costarmoricain concerné depuis la marée noire de l'Amoco Cadiz en 78, j'atteste que les délais de sous-traitance vers le centre national de toxicologie
de l'école vétérinaire de Lyon sont normaux compte-tenu de la période de congés du personnel peu propice à une telle surcharges de travail. Un peu de patience, les premières analyses ne permettent
pas d'innocenter le gaz soufré abondant à hauteur de groin fouisseur et comme les labos publics concernés fonctionnent en toute indépendance et transparence, qualité plus importante que le délai en
plein été, le suspect devrait être confondu dans les meilleurs délais faisables.
Par ailleurs, étant conseiller municipal à St Brieuc, je vais vous rassurer aussi sur un second point : j'ai pu vérifier que les personnels communaux qui ramassent les algues sont, comme les
préleveurs de mon labo, et ce depuis les mortalités initiales sur nos plages (cheval et chiens), formés à se protéger, équipés de détecteurs portatifs d'hydrogène sulfuré avec consigne de mettre
leur masque facial étanche à filtres chimiques à toute alarme pour s'éloigner en toute sécurité des zones dépassant les valeurs limites d'exposition professionnelle. Les responsables font donc tout
leur possible pour éviter que les travailleurs soient plus exposés sur leurs 35 heures hebdo que les riverains dont je fais partie, gazé à faible dose 24h/24 quand le vent vient du large, ce depuis
des décennies, avec des conséquences mal documentées ..., le prix de la vue sur mer par ici)
En matière de sécurité, le problème des touristes amoureux de petites criques non nettoyables ou non nettoyées (et non balisées) reste effectivement posé !

Signé : J-M LORANT, élu local, CAP 21