macro - et micro déchets, des pollutions maritimes à combattre ... à terre

Publié le par cap21littoral.over-blog.com

Les déchets flottants dans la mer ou échoués sur le littoral sont un véritable fléau.

Une prise de conscience est en train de s'opérer, mais nous sommes encore loin d'une véritable prise en considération de cette pollution par les instances locales, nationales et internationales.

Plastiques sous formes de bouteilles ou sacs, morceaux de caoutchouc, mégots, canettes, cordelettes ... autant d'éléments très nuisibles à l'écosystème qu'est la mer. Tout le monde connaît les images de tortues étouffés par des sacs en plastique, de dauphins pris dans des restes de filets, d'oiseaux morts d'avoir ingéré des capsules ...mais il y a également la pollution plus sournoise par des micro-déchets (souvent produit de la décomposition des "macros") dont les effets sont encore mal connus ou étudiés.

Plusieurs organisations ont publié des dossiers  concernant ces sujets, en premier lieu la fondation surfrider (http://www.surfrider.eu/fr/environnement-actions-locales/macro-dechets.html) qui lance également l'opération "pas de ça sur nos plages"  http://www.initiativesoceanes.org/.

Le "CEDRE" publie également un dossier tres complet : http://www.cedre.fr/fr/rejet/macro/index.php

Des initiatives(parfois privées, initiées par Véolia par exemple) naissent un peu partout pour améliorer le nettoyage, le mécaniser par de nouveaux engins , mais nous pensons que l'action principale devrait être la prévention.

Concernant les micro-déchets en méditerranée, une opération scientifique est en cours, appelé MED (Méditerranée en danger) http://www.expeditionmed.eu/fr/. Elle a fait parler d'elle récemment par une publication (avec l' IFREMER et l'université de Liège) "250 milliards de microplastiques flottants en méditerranée"

 

De manière très pragmatique CAP21 pense qu'il est grand temps de lancer une initiative nationale pour limiter la pollution  à la source.

Elle doit s'adresser  à tous : citoyens, scolaires, usagers de la mer, collectivités locales.

Des opérations de sensibilisation doivent être menées auprès du "grand public", mais le principal levier doivent être les services municipaux des communes littorales, y compris celles bordant les cours d'eau de l'intérieur des terres. Si on ne fait pas attention, tout déchet finit dans la mer, même l'emballage négligemment lâché d'un bateau mouche  à Paris ! DSCN2154

A titre d'exemple tout simple: le mobilier urbain doit être adapté, par exemple les corbeilles  à papier doivent être impérativement des modèles  à couvercle. Les containeurs  à ordures devraient se trouver  à une distance minimale du littoral.  Il est intolérable de voir encore des poubelles à ras de terre comme ici (à La Ciotat) à 30 mètres de la mer.DSCN2159.JPG

Il faut revoir et entretenir le réseau des évacuations d'eau pluviales avec des dispositifs de collecte performants.

Les Foires et autres fêtes foraines en bord de mer devraient être surveillé par des agents municipaux spécialement initiés  à la problématique etc.

Une autre initiative ,pas si anecdotique que ça,nous vient du Nord de l'Europe : des cendriers sur tous les bateaux de transport de personnes et de croisière : plus un mégot par-dessus bord car il forment une mélasse exécrable au fond des fjords qui étouffait toute végétation.

Il ne tient qu'à nous de ne plus considérer la mer comme un réceptacle "naturel"  de nos déchets de civilisation, mais une bonne réglementation peut nous y aider ...

Commenter cet article